Dreadlocks ou pas ?

 

 

Jadis les dreadlocks avaient une signification raciale ou spirituelle, certains la portaient en signe de contestation, de revendication, d’appartenance ethnique. De nos jours cette coiffure a été popularisé par les Rastafaris jamaïcains. Les membres du mouvement rastafari arborent des dreadlocks pour souligner leur appartenance à leur identité culturelle. Les dreadlocks sont considérées comme étant la plus vieille coiffure du monde.

 

Pendant longtemps, porter des dreadlocks était une manière d'affirmer sa personnalité : tolérante, résistante et rebelle. Les amateurs de reggae étaient parmi les plus nombreux à porter cette coiffure. Le mouvement hip hop s'est également emparé du look dreadlocks, ainsi que le milieu de la mode.

 

Aujourd'hui, porter des dreadlocks est avant tout un choix esthétique, un choix comme porter un afro, des nattes, des tissages, etc. Parallèlement, le port de dread s'est répandu chez les filles noires : il s'agit de reconquérir son identité en stoppant les défrisages et tissages.

 

Dans les années 70 à 90, il n’était pas facile pour un jeune africain de faire des dreadlocks. Ils inspiraient la méfiance, l’immaturité, l’oisiveté, le manque d’hygiène, et autant de stéréotypes sur cette coiffure. Les années 2000 ont fait évoluer l’image des dreadlocks qui sont devenue une coiffure à part entière. Les jeunes qui ont des dreads aussi bien à l’école comme en entreprise sont mieux accepté comme nous le souligne Andrée Zengue Ndoundou, jeune carde, Directrice Administrative et des Ressources Humaines, Entreprise Weatherford à Port-Gentil au Gabon.

 

 

Andrée : je tiens bien mes dreadlocks, du coup ça passe bien comme une coiffure normale, je n’ai reçu aucune remarque. En revanche, quand ils étaient encore très courts, je me souviens avoir participé à une réunion administration à laquelle étaient conviés d’autres DRH et des autorités de la place, un drh d’une entreprise m’a dit en rigolant : « toi et tes dreadlocks, pour embaucher les gens tu exigeras qu’ils aient des dreadlocks aussi » sinon à part ça, ils ont été bien pris. J’ai été à des tentatives de conciliations à l’inspection du travail, j’ai été bien accueillie. Le tout est aussi dans le style vestimentaire. Je m’habille en tailleurs, chaussures à talons, bijoux, donc avec ma coiffure, tout passe très bien, je n’ai aucune remarque désobligeante.

 

 

 

Il en est de même pour les étudiants, aujourd’hui, jeunes femmes et hommes portent leurs dreadlocks sans s’inquiéter du regard désapprobateur de la société. Ils sont conscients du handicap que cela peut être.

 

Doit-on juger un étudiant ou recruter un employé selon sa coiffure ?

 

La réponse est non.

 

Mais malheureusement selon les pays, les milieux ou l’ouverture d’esprit des interlocuteurs la réponse varie.

 

Je me rappelle encore d’un de mes amis qui voulant renouveler son passeport dans un pays d’Afrique Subsaharienne avait dû se raser la tête. Les préposés refusant de prendre en compte des photos d’individu avec des dreadlocks.

 

 

Derniers articles

Formations

PostgreSQL, initiation

  Moroni Union des Comores
Ce stage vous apprendra à l'utiliser de manière efficace, notamment à créer et à…

Bachelor Of Commerce in Management Marketing

Bloemfontein,SOUTH AFRICA
This programme is offered by Boston City Campus & Business College Orange Grove in…

Diploma in Environmental Health and Safety Management

Windhoek,NAMIBIA
The diploma in Environmental Health and Safety Management is a two year programme that is…

Bachelor of Commerce in Business Management - BCOM

Durban,SOUTH AFRICA
  Le baccalauréat en commerce en gestion des affaires vous enseigne les différentes…

Bachelor of Commerce in Accounting - BCOM

Durban,SOUTH AFRICA
  Des vérificateurs et des comptables aux gestionnaires d'impôts et aux trésoriers, il…